Administration du site

ANTITUBE

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.

Programme de l'événement

6 août 2011, 21 heures
Eleven in Motion

Eleven in Motion

Collectif, Canada, 2009, 30 min, digibeta

La première partie du programme est consacrée à la relation entre cinéma et peinture. Plusieurs cinéastes canadiens ont été invités par la Toronto Animated Image Society à rendre hommage à la puissance visuelle offerte par les peintres du groupe des Onze, association majeure de l'art abstrait au Canada qui a émergé au tournant des années 1950. Les peintres Yarwood, Nakamura, Mcdonald, d'autres encore ont façonné une manière de voir le monde qui s'exprime hors des idées reçues et repositionne l'art sur ses bases : soit la représentation des lignes, des couleurs et de l'expérience perceptive qui en découle. Les films ici présentés indiquent le prolongement de cette expression visuelle dans le cinéma. De plus, la sélection propose un amalgame judicieux entre les modes d'expression organiques et électroniques qui embrassent tout le spectre de l'expression audiovisuelle d'aujourd'hui.

Films présentés : Old Ink de Rick Raxlen (inspiré de Harold Town)

Inner view de Patrick Jenkins (inspiré de Kazuo Nakamura)

As Above so Below de Élise Simard (inspiré de Alexandra Luke)

The Yarwood Trail de Richard Reeves (inspiré de Walter Yarwood)

Traffic Flow II de Nick Fox-Gieg (inspiré de Oscar Cahén)

Strips de Félix Dufour-Laperrière (inspiré de Jack Bush)

Stroke de Ellen Besen (inspiré de Tom Hodgson)

Playtime de Steven Woloshen (inspiré de Jock Macdonald)

William's Creatures de Pasquale LaMontagna (inspiré de William Ronald)

The End is the Beginning de Craig Marshall (inspiré de Ray Mead)

The Importance of Hortense de Lisa Morse (inspiré de Hortense Gordon)

A to Z

A to Z

Michael Snow, Canada, 1956, 7 min, betasp

Le cinéaste Michael Snow, reconnu comme l'un des artistes canadiens les plus influents des dernières décennies, a réalisé à ses débuts ce court film d'animation irrévérencieux qui témoigne déjà de sa maîtrise du cadre de l'image dans sa relation à l'espace et au temps. Son sens de la subversion y est aussi présent, démontrant par là sa différence, posant en créateur indépendant farouche, face aux cinéastes canadiens qui pour beaucoup oeuvrent alors à l'Office National du Film du Canada.

Patriotism 1

Patriotism 1

Joyce Wieland, Canada, 1964, 4 min, betasp

Cette cinéaste canadienne majeure, pendant un temps compagne et complice de création de Michael Snow, s'est appliquée à questionner les limites de l'identité canadienne et nord-américaine via un découpage comique et avec l'emploi de la pixilation. Ce faisant, Wieland démontre que des choix plastiques aussi simples que le montage et le découpage dénotent des prises de position politiques.

Bad Karma

Bad Karma

Don Best, Canada, 1994, 3 min, betasp

Portrait apocalyptique de l'industrialisation, réalisé avec des extraits de films trouvés, enlacés avec des dessins faits manuellement. D'origine albertaine, Don Best a réalisé plusieurs films d'animation depuis le courant des années 90.

My life in 5 minutes

My life in 5 minutes

Allyson Mitchell, Canada, 2000, 6 min, betasp

Film hautement ludique qui entremêle allègrement techniques traditionnelles et électroniques, afin d'offrir aux yeux des spectateurs une improbable autobiographie. Mitchell vit à Toronto et a réalisé plus d'une vingtaine de films. Elle enseigne le féminisme à York University.

The distance between here and there

The distance between here and there

Christina Battle, USA/Canada, 8 min, betasp

Un film abstrait réalisé en appliquant diverses couleurs lors de l'émulsion, exposées à la lumière. Christina Battle est une cinéaste canadienne, soutenue en 2006 par la biennale du Whitney Museum de New-York, qui s'est illustrée dans de nombreux festivals à travers le monde.

Post Mark Lick

Post Mark Lick

Sonia Bridge, David Brown, Canada/UK, 2002, 4 min, betasp

Le cinéma offre l'occasion de voyager en restant sur place. Partant de cette idée, Sonia Bridge a réalisé un film-collage qui évoque la partance, l'errance, le décalage. Répéter des images en proposant des variantes permet de jouer sur l'illusion du mouvement. Comme toujours avec la répétition, un danger plane que guette le film : soit montrer des cartes postales plutôt que le monde qui nous entoure.

Fear of blushing

Fear of blushing

Jennifer Reeves, USA, 2001, 5 min, betasp

Fear of blushing est peut-être l'une des oeuvres qui expriment au mieux un courant actuel du cinéma, fondé sur un travail de textures, à partir d'images en état de désagrégation avancée. Cinéaste contemporaine new-yorkaise à l'orée de la quarantaine, Jennifer Reeves a déjà reçu les honneurs de deux rétrospectives presque complètes, au Kino Arsenal de Berlin et à la San Francisco Cinematheque.

Chinese series; Persian Series 1-3; From: First hymn to the night - Novalis

Chinese series; Persian Series 1-3; From: First hymn to the night - Novalis

Stan Brakhage, 2003; 1999; 1994; 2 min; 5 min; 3 min, blu-ray

Stan Brakhage est l'une des figures majeures de l'art américain de la deuxième partie du vingtième siècle. Voilà un cinéaste qui a inspiré aussi bien Jack Kerouac que Martin Scorsese et dont la conception de la création dépasse le seul horizon du cinéma. Principalement expérimentales, ses oeuvres sont devenues progressivement abstraites et cela l'a mené à peindre directement sur la pellicule, afin de proposer une poésie visuelle méditative et prenante. C'est ce volet de son travail que nous proposons ici aux spectateurs.

Primiti too taa

Primiti too taa

Ed Ackerman, Colin Morton, Canada, 1986, 3 min, betasp

Ackerman, qui a aussi bien collaboré avec l'ONF qu'avec l'équipe de Sesame Street, flanqué de Colin Morton, a réalisé ce film délicieux d'une simplicité totale, en hommage à l'artiste dada Kurt Schwitters, l'un des inventeurs de la poésie phonétique. La lettre se transforme au long de ce film, proposant l'idée précieuse selon laquelle la parole, au cinéma comme ailleurs, est aussi une affaire de tons et de rythmes. Un exemple unique de cinéma brut.

Two Eastern Hair Lines

Two Eastern Hair Lines

Steven Woloshen, Canada, 2004, 4 min, digibeta

À la fois présent dans la première et la deuxième partie du programme, Steven Woloshen est un cinéaste montréalais prolifique qui n'hésite pas à explorer les splendeurs et les limites du medium cinématographique. Dans ce court film, Woloshen fait usage de la décoloration et de la recoloration de bouts de films trouvés. Nominé au Jutra du meilleur film d'animation en 2004.

Événements à venir

Antitube à la 16e édition de Vitesse Lumière - Le dimanche 18 juin 2017 dès 19h au Cercle - Lab vivant

Coordonnées

Bureaux d'Antitube
640, côte d'Abraham, Québec (Québec)
Canada G1R 1A1
Téléphone : (418) 524-2113
Télécopieur : (418) 524-2176
communication@antitube.ca

Visitez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Réservations et informations

Antitube
640, côte d'Abraham, Québec (Québec)
Canada G1R 1A1
Téléphone : (418) 524-2113
Télécopieur : (418) 524-2176
antitube@antitube.ca

info@bivouacurbain.com

Antitube remercie ses membres ainsi que :

Marilyn Brakhage, Larissa Fan de CFMDC, Philippe Lehoux, Marc-Olivier D'Amours et Geneviève Grenier du Bivouac Urbain, Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada, Entente ville de Québec-Mcccf et la SODEC.