Administration du site

ANTITUBE

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.

Panorama des cinémas du présent 2

Découvertes assurées lors de huit soirées de cinéma !
Tous les mercredis du 10 octobre au 28 novembre 2012. 
Le Panorama des cinémas du présent 2 propose une programmation variée mettant l’accent sur le travail de cinéastes contemporains, sans distinction de genres. Qu’elles soient documentaires, fictionnelles ou expérimentales, les œuvres présentées offrent ainsi un bref état des lieux de la production cinématographique et du cinéma d’auteur de la dernière décennie. Composée de documents pour la plupart inédits au Québec, la sélection vise aussi à aider les spectateurs à déchiffrer le monde dans lequel nous vivons, caractérisé par la prolifération des images diverses que les cinéastes s’appliquent à démonter, leur donnant un sens s’accordant à leurs visions et parfois même à leurs désirs.  « Ce programme se concentre sur plusieurs aspects du cinéma qui permettent de faire le lien entre les nouvelles approches techniques et narratives, créant un cinéma subjectif rendant des comptes à la politique des auteurs », affirme Guillaume Lafleur programmateur. « Nous voyagerons donc, en allant entre autres du cinéma fabriqué à la première personne jusqu’aux questionnements identitaires, colorant la vision du monde des cinéastes actuels ». Soulignons que Le Panorama des cinémas du présent 2 se dévoile sous quatre grands thèmes : Territoires intimes, Identités, nouvelles voies et Persévérances.

C'est un rendez-vous tous les mercredis à 19h30 au Musée de la Civilisation (85, rue Dalhousie, Québec)

Programmation sujette à changement sans préavis.

Programme de l'événement

Programmation 01 - 10 octobre 2012 / 19h30
Nuvem

Nuvem

film de Basil da Cunha, Suisse, 35mm, 2011, 30 min.

Nuage, un jeune homme au goût prononcé pour la déambulation et la rêverie, peu enclin au travail, préfère la compagnie des chiens et des clowns. Devant l'indifférence de son entourage, il va se laisser guider par son besoin de liberté et partir à la recherche du poisson lune. Sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs, Festival de Cannes, 2010.

LOW COST (CLAUDE JUTRA)

LOW COST (CLAUDE JUTRA)

film de Lionel Baier, Suisse, digibeta,2010, 57 min.

Un film du cinéaste phare de la nouvelle-nouvelle vague suisse, réalisé uniquement avec un téléphone portable. Il s'agit aussi d'un hommage bouleversant à Claude Jutra, pionnier de cinéma indépendant. Comment, par les images, s'assurer une présence à soi ? Quelle est la possibilité de faire de ces images le témoignage du passage du temps et du mouvement de la vie ? Vaste programme ; film superbe.

WHERE THE BOYS ARE

WHERE THE BOYS ARE

film de Bertrand Bonello, France, 35mm, 2010, 22 min

Film entre deux lieux, deux mondes qui ne se rencontrent pas. Bertrand Bonello s'approprie le langage bipolaire actuel, où l'on se parle sans cesse par intermédiaires, par textos, écrans de téléphones, créant autant de temps d'attente insoutenables pour les quelques jeunes protagonistes vivant dans un immeuble, face à une mosquée en réfection, squattée par des ouvriers appliqués et de passage.

Programmation 02 - 17 octobre 2012 / 19h30
MA FAMILLE EN 17 BOBINES

MA FAMILLE EN 17 BOBINES

film de Claudie Lévesque, Québec, digibeta, 2011, 27 min.

Un film à la première personne où la cinéaste propose une relecture de ses films de famille, principalement réalisés en Super 8. À partir d'une trame toute simple, où il s'agit de commenter des images enfouies dans la mémoire des principaux intéressés, tout un mode de représentation intime surgit. Claudie Lévesque parvient à utiliser ces films de famille comme une matière que l'on peut retravailler, pour lui donner un sens qui correspond au souvenir dont il procède.

IRÈNE

IRÈNE

Film d

Depuis La rencontre, Alain Cavalier est devenu un réalisateur qui s'accommode des petites caméras afin de réaliser des films d'une puissance inédite. En reprenant des procédés que l'on voyait en germe dans les oeuvres en Super 8 de cinéastes moins connus, tel que Joseph Morder, il n'a eu de cesse de montrer les choses les plus simples de son entourage pour exprimer un monde en soi, recelant des trésors incongrus, imprévisibles. En guise d'autoportrait trouble, cette fois, il fait le récit bouleversant d'un amour ancien, via des détails et des objets gorgés de sens, amplifiés par un récit chuchoté à la première personne.

Programmation 03 - 24 octobre 2012 / 19h30
PARICUTIN

PARICUTIN

film de...

En février 1943, une fissure apparait dans le champ de maïs de Dionisio Pulido, fermier mexicain de la région de Michoacan. De la cendre et des pierres chaudes émergent de la fissure, précédés de flots de lave et d'explosion violentes. Il s'agissait de la naissance du plus récent volcan mexicain. Le présent film expérimental fait le récit de cette naissance par des procédés empruntés au cinéma d'animation, mêlés à des images d'archives.

AMERICANO

AMERICANO

film de Carlos Ferrand, Québec, digibeta, 2008. 110 min.

Le point de départ de ce film est un voyage risqué au Macchu Pichu que le réalisateur Carlos Ferrand avait fait dans sa jeunesse. Il y retourne ici, mêlant son parcours à celui d'un récit plus vaste cherchant à désigner par la forme documentaire la notion d'américanité, concernant aussi bien le rapport au territoire qu'à l'identité, menant à une forme d'errance volontaire. En présence du réalisateur.

Programmation 04 - 31 octobre 2012 / 19h30
À L'OMBRE

À L'OMBRE

film de Simon Lavoie, Québec, 35mm, 2007, 19 min.

Une mère, incarcérée depuis peu, refuse que soit rompu le fragile lien qui l'unit encore à son fils.

CODE 13

CODE 13

film de Mathieu Denis, Québec, 35mm, 2007, 15 min.

Joseph sillonne en solitaire le centre-ville de Montréal au volant de son taxi. Un soir, il heurte un jeune cycliste qui revient d'une fête. Une altercation s'ensuit. Joseph, paniqué, a recours au Code 13 - un appel à l'aide transmis par ondes radio à ses collègues. Quand une dizaine de chauffeurs volent à son aide, Joseph sera confronté à la gravité de son geste.

LAURENTIE

LAURENTIE

film de Mathieu Denis et Simon Lavoie, Québec, digibeta. 2011, 120 min.

Film courageux et exigeant, Laurentie aborde la question du repli identitaire dans le Québec contemporain. D'une ambiguité redoutable, jouant sur les limites de la notion de point de vue, le film énonce en de longs plans-tableaux l'extrême déliquescence d'un jeune homme enclin à la solitude et à l'isolement, en plein coeur de la métropole. À la force butée de la mise en forme visuelle s'ajoute le jeu tranchant et intense d'Emmanuel Schwartz, offrant l'une des performances les plus fortes de récente mémoire. Sélectionné au festival de Karlovy Vary, 2011. En présence des réalisateurs.

Programmation 05 - 7 novembre 2012 / 19h30
PHÉNOMÈNES ALÉATOIRES ; VERSION 3.0; PARTICULES

PHÉNOMÈNES ALÉATOIRES ; VERSION 3.0; PARTICULES

Trois courts films de Patrick Pelletier. Durée totale : 15 min, Québec, Blu-Ray.

Trois films qui témoignent du travail d'un vidéaste de Québec, passionné de musique électronique, s'étant appliqué au cours des dernières années à transposer l'esthétique ambiant sous le registre des images en mouvements. Bien que ces oeuvres exploratoires aient circulé à l'occasion dans quelques festivals internationaux, ils demeurent méconnus ici et nous voulons contribuer à les rendre visibles. En présence du réalisateur.

JAPON

JAPON

film de Carlos Reygadas, Mexique, 35mm, 2002. 130 min,Espagnol, stf.

Le troisième volet du Panorama veut mettre de l'avant le travail de cinéastes qui dans la dernière décennie ont émergé et proposé une approche cinématographique qui tranche avec l'ordre commun de la production. Le cas de Carlos Reygadas est éclairant dans ce contexte. Ses films sont traversés de thématiques qui rejoignent les grands cinéastes de la contemplation, marqués par les enjeux mystiques, la quête de soi et l'expérience des limites. Japon a été, à sa sortie, un coup d'éclat dont la trame principale annonce déjà la force : le cheminement erratique d'un homme des villes revenu de tout, cherchant à mettre fin à ses jours en s'enfonçant en des lieux reculés et qui devient illuminé. Mention spéciale à la Caméra d'or, Festival de Cannes, 2002.

Programmation 06 - 14 novembre 2012 / 19h30
BEGINNING AND ENDING

BEGINNING AND ENDING

film de Barbara Sternberg, Canada, 16mm, 2007,6 min, muet.

Dans ce court film de la cinéaste canadienne, pionnière de l'expérimental, des images s'enchaînent dans un désordre inspiré de «l'Anus solaire» de Georges Bataille, où l'accouplement, rendu abstrait, sans début ni fin, est rongé par la perte de sens.

HAHAHA

HAHAHA

film de Hong Sang Soo, Corée du Sud, 35mm, 2010. 115 min. Coréen, stf.

L'oeuvre du sud-coréen Hong Sang Soo est l'une des plus fortes du cinéma actuel. Son raffinement, son goût du détail peut passer inaperçu tellement il fait corps avec des récits sans cesse recomposés, de films en films - il en a réalisé plus d'une dizaine en autant d'années. HaHaHa en est l'un des derniers volets, inédit en Amérique du Nord. Évoquant discrètement l'univers d'Eric Rohmer, transposé dans un cadre sud-coréen, le film décrit les malentendus de deux hommes trinquant dans un bar et se racontant leurs idylles avec une femme dont ils cherchent à définir la personnalité, quelque peu fuyante. Meilleur film, Un certain regard, Festival de Cannes 2010.

Programmation 07 - 21 novembre 2012 / 19h30
CINEMA AND VISUAL PLEASURE

CINEMA AND VISUAL PLEASURE

film d

Film construit en boucle, reprenant un extrait d'un vieux burlesque en 8mm, représentant une danseuse du ventre, utilisant l'émulsion du nitrate et les égratignures de l'image comme motif plastique.

LA DANSE, LE BALLET DE L'OPÉRA DE PARIS

LA DANSE, LE BALLET DE L'OPÉRA DE PARIS

film de Frederick Wiseman, États-Unis-France, digibeta, 2009, 158 min.

Cette dernière partie du Panorama n'a d'autre but que la mise en valeur de cinéastes qui ont traversé les époques et proposé une singulière vision du monde, immédiatement reconnaissable. Frederick Wiseman est l'un des grands documentaristes vivants, une inspiration pour des générations de cinéphiles et de réalisateurs, dont Stanley Kubrick. Passé la quatre-vingtième année, il continue à réaliser à un rythme soutenu des films qui affichent leur continuité avec la forme du «cinéma-vérité» dont il est l'un des inventeurs. Fasciné par les institutions et la représentation du travail depuis ses débuts, Wiseman a eu accès aux coulisses du ballet de l'Opéra de Paris dont il démontre le fonctionnement, épiant l'ouvrage des danseurs pas à pas, avec une précision extrême. Un film limpide, véritable plaidoyer en faveur du cinéma documentaire.

Programmation 08 - 28 novembre 2012 / 19h30
SELF-PORTRAIT POST-MORTEM

SELF-PORTRAIT POST-MORTEM

film de Louise Bourque, Canada, 35 mm, 2002, 3 min.

En retrouvant des images de ses premiers films qu'elle avait volontairement enfouies dans l'arrière cour de sa maison familiale, Louise Bourque y découvre des images d'elle qu'elle s'applique à retravailler pour la réalisation de ce court film.

LE CHEVAL DE TURIN

LE CHEVAL DE TURIN

film de Bela Tarr, Hongrie, dvd, 2011, 150 min. Hongrois stf.

Longtemps attendu dans la programmation régulière d'Antitube, voici enfin un film du légendaire Bélà Tarr. Le cheval de Turin est annoncé comme la dernière oeuvre du cinéaste, dont les activités de la boîte de production viennent juste de cesser. Autrement dit, l'une des oeuvres les plus exigeantes et intenses des dernières décennies sur la planète cinéma connaît peut-être ici son point d'achèvement. La prémisse en est incroyable et s'annonce comme le récit de vie du cheval qu'aurait embrassé le philosophe Friedrich Nietzsche à Turin, avant de sombrer dans la folie. Film claustrophobe, désespéré et plastiquement sublime, il énonce le quotidien d'un père et de sa fille, maintenant propriétaires du Cheval de Turin. Chaque jour, ils tentent de le faire sortir de son enclos, malgré une tempête qui n'en finit plus. Ours d%u2018argent, Festival de Berlin, 2011.

Événements à venir

Les 13es Sommets du cinéma d'animation - Festival international de Montréal et de Québec - Du 27 au 30 novembre 2014 au Musée de la civilisation et au Cinéma Le Clap et du 3 au 7 décembre 2014 à la Cinémathèque québécoise.

Coordonnées

Bureaux d'Antitube
640, côte d'Abraham, Québec (Québec)
Canada G1R 1A1
Téléphone : (418) 524-2113
Télécopieur : (418) 524-2176
antitube@antitube.ca

Venez nous visiter sur Facebook

Suivez nous sur Twitter

Réservations et informations

Admission générale

7 $ - 5 $ (membres d’Antitube, amis du Musée, membres du CQAM et étudiant-e-s avec carte)

Réservez : 418 643-2158

Information : 418 524-2113

Antitube remercie ses membres ainsi que :

Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada,Entente ville de Québec-Mcccf, SODEC, Musée de la civilisation de Québec et le Misnistère de la culture des communications et de la condition féminine.